Dieudonné Essomba : « Quand je vois la frappe que le système néocolonial piloté par Biya est entrain de leur préparer, je secoue seulement la tête ! »

Dans une tribune publiée le 3 mai 2021, Dieudonné Essomba s’évertue une fois de plus à démontrer que le meilleur système qui faille mettre, en place, c’est bien, celui du fédéralisme.

Dieudonné Essomba (c) Droits réservés

L’Etat unitaire et fédéralisme sur la balance …

« Quand je vois la frappe qui arrive, j’ai la chair de poule ! », a introduit sa tribune, Dieudonné Essomba. L’économiste dont l’expérience n’est plus à démontrer revient sur les arguments qu’il brandi pour soutenir mordicus le système fédéraliste.

« L’Etat unitaire ne survit pas parce que les Camerounais l’aiment et le trouvent satisfaisant, mais parce qu’ils sont mus par de mauvaises intentions, à savoir le confisquer pour continuer à en jouir, ou alors le récupérer et en jouir en son tour. Cette idée est tellement ancrée dans la cervelle des Camerounais qu’ils sont réfractaires à tout autre modèle qui serait bénéfique pour tout le monde. Quand je leur dis: ‘’Adoptons un système dans lequel la souveraineté de l’Etat du Cameroun est partagée entre un Etat Fédéral et des Etats régionaux, de telle sorte que chaque Communauté ait en permanence un Gouvernement Local, avec ses Ministres, son Parlement, etc’’ », fait-il savoir.

A contrario, eux, ils répondent : « nous ne voulons pas de ça ! Nous sommes une Nation, une et indivisible et nous voulons un Gouvernement unique à Yaoundé qui contrôle tous les pouvoirs régaliens et mate tout le monde au nom de l’unité nationale ! », rapporte l’économiste.

Sur la répartition du budget de l’Etat

L’une des raisons pour lesquelles le consultant médias soutient le fédéralisme réside sur le fait que le pouvoir central s’occupe de tout : Quand je leur dis : « Le budget du Cameroun, c’est 5.000 Milliards, géré par le Président de la République et son entourage ministériel qui s’occupent de tout, et de rien. Et surtout, ils le font très mal. Partageons plutôt ce budget en 2, avec d’une part, la moitié pour l’Etat Central pour des missions stratégiques de la Nation entière, l’autre moitié pour les Etats Régionaux qui vont traiter localement la demande sociale de leurs citoyens », écrit-il sur sa page avant de déplorer : « Mais les Camerounais me répondent : ‘’Non, tu veux diviser le Cameroun ! Nous avons besoin d’un seul Gouvernement à Yaoundé qui gère tout l’argent et prend des décisions pour tout le monde’’ ».

« Battez-vous pour un Etat fédéral… »

Tel est le message que l’ancien fonctionnaire du MINEPAT réitère à ses compatriotes, plutôt que de rêver faire partir du fauteuil, l’homme du 6 novembre 1982.

« Face à ce discours, on peut croire que c’est parce qu’ils aiment le Cameroun ! Pas du tout ! C’est que derrière cet amour de façade se profile le désir masqué de mettre la main sur ce fabuleux trésor que représente le pouvoir concentré de l’Etat unitaire. Certains vont même jusqu’à élaborer des théories rotatives du pouvoir en croyant leur heure venue, sur la base des espérances sans fondement, ou alors à formuler des exclusions, soi-disant au nom du peuple camerounais qu’ils sont sensés représentés. Mois moi, Nti Essomba, quand je vois la frappe que le système néocolonial piloté par Biya et déterminé à se reproduire dans le temps est entrain de leur préparer, je secoue seulement la tête ! Un uppercut au foie qui va leur couper le souffle ! Je ressens la lancinante douleur de ce coup de poing et surtout, les yeux hagards d’impuissance d’un boxeur mis KO ! Je vous le dis une fois de plus, battez-vous pour un Etat fédéral. Certains demandent de chasser d’abord Biya, avant d’instaurer la fédération ! Qui leur a dit que c’est plus facile de chasser Biya ? Chasser Biya et ses gens signifie tout simplement leur arracher tous les pouvoirs pour vous en approprier ! C’est très difficile ! Qui va vous laisser entrer à Etoudi ? Par contre, fédéraliser le pays, c’est simplement le contraindre à lâcher une partie de son pouvoir, tout en gardant une autre, ce qui est tout à fait jouable sans avoir besoin d’entrer à Etoudi ! On a obtenu d’importantes avancées avec le Grand Dialogue National et c’est vers ces pressions qu’il faut aller ! En définitive, ce qui dévoie les Camerounais, c’est l’espérance naïve que c’est leur tour à Etoudi, et qu’ils n’ont aucun intérêt à jouer à un partage. Mais les prochains jours se chargeront de leur révéler leur impardonnable naïveté ! », pense Dieudonné Essomba.

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !