Wilfried Ekanga : « ne cédez pas à la haine tribale »

Ils ont un plan, un objectif, un but : une idée claire derrière la tête. Ils sont prêts à la concrétiser quoiqu’il arrive. Ils se moquent de ce qu’on pensera d’eux et des conséquences de leurs paroles et de leurs actes. Ils ont été mandatés pour cela par une volonté supérieure, et ils y vont à fond pour satisfaire les desseins du désordre.

Wilfried Ekanga - capture photo

« Ils », ce sont les Charlatans qui remplissent l’espace public ( télévisions et réseaux sociaux ) pour distiller contre une tribu, des rumeurs et légendes qui n’existent que dans leur tête. Le plan : exacerber les replis identitaires et accentuer la haine ethnique au profit de quelques-uns. Ce sont des intellectuels-crevettes qui ont pour mission de théoriser la haine tribale, et de transférer la culpabilité chez ceux qu’ils accusent. Ils le font en parfaite connaissance de cause.

Or, ne vous y trompez pas : on ne combat pas le tribalisme en traitant les autres de tribalistes. Quiconque vous qualifie de « secte tribaliste » parle en réalité de lui-même.

Car quand on veut combattre le tribalisme, on utilise son cerveau à réfléchir aux solutions pour y mettre fin, plutôt que de pointer du doigt son prochain à longueur de journée. Mais cela exige justement de posséder un cerveau. Or les tribalistes, les vrais, ces gens-là, n’en ont pas. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits.

QUAND L’ARACHIDE SE MOQUE DU MAÏS

Incapables d’apporter une seule preuve solide que celui qu’ils accusent de sectarisme est bel et bien sectaire, ils se contentent de dire : « C’est une secte ». Mais se comportent eux-mêmes en sectaires en refoulant catégoriquement l’idée de se joindre à elle pour combattre nos seuls vrais adversaires : le gouvernement. On est dans l’univers parallèle où le corbeau se moque de l’aigle.

On a affaire là au même cocktail explosif que celui auquel s’est livrée pendant des semaines la RTLM ( Radio Télévision Libre des Mille Collines ) en avril 1994 au Rwanda, avec la suite que l’on connaît. Le même orchestre s’était déjà produit sur scène dans l’Allemagne nazie entre 1933 et 1945 avec le Ministère de la Propagnde dirigé par Joseph Göbbels. Il était question d’entraîner lentement, progressivement, mais sûrement, la population à désigner une communauté spécifique comme la source de leurs problèmes.

Là encore, on connaît la fin de l’histoire

Voilà qui explique la mauvaise foi et la semence subtile et totalement consciente des graines du tribalisme à travers les plateaux télévisés et le réseau Facebook. Dans un pays sérieux, les auteurs de cette danse macabre seraient immédiatement interpellés. Mais en Crevettonie, on préfère arrêter ceux qui font des marches pacifiques, après leur avoir tiré une balle dans les jambes. Un pays hors-sujet, malade de ses « intellectuels »

En 2010, un économiste du nom de Thilo Sarrazin écrit un livre ayant pour titre : « Deutschland schafft sich ab » ( « L’Allemagne s’abolit » ), où il prétend que les Turcs sont entrain d’envahir le pays avec un fort taux de natalité, et que bientôt, ils occulteront les autochtones. La forte polémique déclenchée par ces assertions et les innombrables exigences de justifications contrastent avec la totale liberté de ton laissée à nos Charlatans-crevettes, artisans de la haine.

Donald Trump ne s’y était pas trompé en nous désignant comme des « pays de m ... de »

LE SERPENT D’ÉDEN

Ils ne sont touchés ni par les critiques, ni par les rappels à l’ordre, et ne se remettent aucunement en question. Ils font semblant d’avoir perdu la tête, mais rassurez-vous : ils savent parfaitement ce qu’ils font. Ils sont encore plus rusés que le serpent d’Eden. L’agenda est dressé et ils le suivent à la lettre. Loin de les offusquer, vos vives réactions envers eux leur procurent plutôt de la jouissance.

Leur force provient du fait que le gouvernement fraudeur de Yaoundé cautionne, voire encourage ces agissements de par son silence. Le même qui restait muet lorsqu’un vice-première ministre (2004-2019) clamait sur des fuites de Wikileaks qu’une ethnie précise ne verrait jamais l’un de ses ressortissants être élu Président. Voilà les sommets qu’a atteint la bêtise.

Il ne se rappelle de l’importance du respect des communautés que lorsqu’un autre de ses « ministres » fait une sortie hasardeuse et totalement immature contre la communauté juive. Ceci n’est évidemment pas une surprise, car la médiocrité est l’ADN de ce gouvernement.

Pour les illuminés qui pensent donc qu’on est fous quand on le qualifie « illégitime » ( Comme s’ils étaient sous perfusion cérébrale lors de la pièce de théâtre au Conseil Constitutionnel ), sachez que le hold-up ne concerne pas que la tricherie électorale. Un pays qui ne sait pas défendre ses enfants en interne comme à l’extérieur à l’image des Juifs est un pays aux dirigeants inaptes.

LE PIÈGE SE REFERMERA

J’aime les Camerounais, qui qu’ils soient, et même si je ne suis pas l’ami de tout le monde, j’ai le sens de la patrie, et je n’ai rien à faire de l’origine ethinqiue de mes semblables. Je rêve d’une femme bafia, d’une deuxième femme bamiléké, d’une troisième eton et une maîtresse bulu. Mais dans ce pays devenu République Hitlerienne de Crevettonie, la diversion a pris le pas sur le sérieux, avec l’aide des Charlatans.

Voilà pourquoi les policiers barbares ne sont pas inquiétés pour leur forfait sauvage, et que les fossoyeurs de la CAN sont promus ministres d’Etat pendant que d’autres complices de brigands ( Le Transparency fictif ) jouent les justiciers. Voilà pourquoi les bébés volés et les trains qui déraillent et entraînent des morts par caisses sont plus douloureux que des bouts de papiers renversés dans une ambassade

Voilà pourquoi pendant qu’on déporte en cellule un blessé par balles, pendant que le déficit budgétaire s’élève déjà à 482 milliards de CFA en plus des fameux 3 000 milliards disparus, pendant que des femmes sont éventrées devant nos « hôpitaux de référence », l’on estime que le principal problème du pays vient de ceux qui dénoncent cette crétinerie.

Ne tombez pas dans ce piège. Ne cédez pas à la zombimorphose et à la haine tribale. Le camp que vous estimez être celui des vainqueurs connaîtra bientôt sa défaite, et elle entrera dans la légende. Soyez du bon côté de l’histoire. Ils ne le savent pas encore, vous ne le savez pas encore, mais ils paieront. Car quelque soit la largeur de l’océan, la côte finira par apparaître.

Claude Wilfried EKANGA EKANGA

( Quand la tête est vide, c’est tout le corps qui en souffre )

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !