Langue serpentine : Donald Trump expulse Dénis Sassou Nguesso

Par un communiqué daté du 26 décembre 2016 de la présidence de la République congolaise, on apprend que Dénis Sassou N'GUESSO est le premier chef d'État au monde qui est invité par le nouveau Président des États-Unis, Donald TRUMP.

DR

Firmin AYESSA, l'obscur TINTIN qui s'occupe du cabinet du chef de l’État, sort les trompettes en en chantant que son roi sera reçu en qualité de président du haut niveau de l' Union Africaine sur la Libye. Le communiqué tam- tam ajoute: « les entretiens entre les Présidents Donald TRUMP et Dénis SASSOU N' GUESSO porteront sur la recherche des voies et moyens de sortie de crise en Libye, et plus largement sur le reste de l' Afrique. »

Avec un costume flamboyant tel un danseur de NDOMBOLO, visage lifté et maquillé à la manière d'un clown au bal masqué, Sassou N'GUESSO monte dans l'avion avec son bataillon de courtisans et atterrit aux États-Unis le 27 décembre. Personne n'est là pour l'accueillir. Il tourne en rond jusqu'au vertige, transpirant jusqu'à faire tomber les flocons de poudre qui cachent sa peau blafarde.

Pendant ce temps, madame Hope HICKS, porte- parole de Donald TRUMP, déclare qu'il n'y a aucun rendez-vous avec ces touristes venus du Congo. Personne du camp de TRUMP ne reconnaît avoir été en contact ou avoir initié le moindre contact avec ONCLE PICSOU N' GUESSO. Une vraie humiliation pour un Président renvoyé tel un vagabond!

Une fois de plus, ça prouve que la plupart des dirigeants africains sont des dindons. Comment Sassou N'GUESSO a -t- il pu imaginer qu'il serait reçu par TRUMP qui a pourtant montré sa totale aversion pour les dirigeants africains lors de sa campagne? Le sordide est que Sassou N'GUESSO se donne le titre de " Président du comité du haut niveau de l' UA" pour aller résoudre les problèmes en Libye et partout dans le monde, tandis que chez lui, le pays est en crise, après son viol de la constitution.

S'il y a quelqu'un qui goûte le plaisir de l'humiliation de Sassou N'GUESSO, c'est bien TRUMP qui avait répondu à un journaliste sud- africain au Nebraska : «  regardez comment ces leaders africains changent les constitutions en leur faveur pour qu'ils puissent être des Présidents à vie. Ils sont tous gourmands et ne se soucient pas du peuple (...) ils ne peuvent même pas trouver une solution amiable pour le dilemme permanent au Burundi. Je me suis dit que ces gens manquaient de discipline et de coeur humain. Ils ne peuvent pas donner l'exemple. La seule chose qui les intéresse est d'accumuler la richesse des contribuables pauvres. »

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !