Un service anti-dopage pour les jeux universitaires 2016

C’est la principale innovation de cette 19e édition des jeux universitaires qui se tiennent du 23 au 30 avril prochain au campus de l’université de Yaoundé 2, Soa sous le thème « performance et solidarité ».

Affiche JU 2016

C’est un peu plus de 4000 athlètes et encadreurs des universités d’Etat et instituions privées du Cameroun qui vont prendre part à ce rendez-vous annuel dédié au sport en milieu universitaire.

Pendant sept jours les compétiteurs des deux sexes devront s’affronter dans une dizaine de disciplines dites olympiques à savoir le football, le handball, le basketball, le volleyball, le tennis, la lutte, le judo, le lancer de poids entre autre. Egalement au menu de ces jeux la compétition des « fan clubs » dont la médaille d’or a été remportée par l’université de Dshang en 2015.

D’après les responsables de l’université de Yaoundé 2, le campus est effectivement prêt à recevoir les jeux universitaires 2016. A cet effet, 4 stades de football, 2 terrains de volleyball, 32 terrains de handball, 3 cours de tennis, une piste d’athlétisme sont les aires de jeux mises à la disposition des participants.

Cette édition connait une particularité, celle du service anti-dopage. Les autorités en charge des jeux universitaires tiennent à lutter pleinement contre le dopage des athlètes d’où la mise sur pied de ce service.

Les jeux universitaires sont un rendez-vous annuel d’échange culturel et sportif à caractère rotatif et abrités à chaque édition par une université d’état du Cameroun.  A l’exception des universités de Maroua et Bamenda, toutes les universités d’Etat ont déjà abrité au moins une fois les jeux universitaires. L’édition 2015 s’est tenue à l’université de Yaoundé 1, Ngoa-Ekelle. Yaoundé 2 a abrité sa dernière édition en 2010. 

© Colbie MEDJOM, Lebledparle.com

Newsletter :
Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !