in

Ebolowa: Elecam et Onu Femmes unis pour l’arrimage des femmes en politique

Ebolowa: Elecam et Onu Femmes unis pour l'arrimage des femmes en politique

A quelques semaines seulement de la clôture des inscriptions sur les listes électorales, la participation timide de la gente féminine à cet exercice suscite des inquiétudes.

 

Ebolowa: Elecam et Onu Femmes unis pour l'arrimage des femmes en politique
Marché de poulets (c) Droits reservés 

Beaucoup plus nombreuses que les hommes, les femmes constituent une force et un poids qui peuvent faire basculer le cours des consultations électorales lorsqu’elles y prennent part.

Mais pour qu’un tel scenario un jour se joue, il faudrait que celles-ci soient encouragées à abandonner les clichés qui depuis des lustres les clouent dans une position d’inertie.

En investissant les places publiques d’Ebolowa le weekend dernier, ONU Femmes et Elecam ont décidé de partager ce message de réveil avec les femmes :” Femme, ta voix compte, inscris-toi, retire ta carte et vote le moment venu”.

A Kyé-ossi comme à Ebolowa, le message était le même dans les places publiques, adressé aux femmes par des femmes. Ce qui a permis de glaner ci et là, quelques inscriptions.

Pour Mme Valerie Mengue Ango de ONU Femmes : “il est important que les hommes partagent sur ce sujet avec les femmes afin de les encourager à s’inscrire sur les listes électorales…c’est alors que l’approche “He for She” sera respecté et que les femmes pourront un jour enfin dire comme le président américain Obama, “Yes, we can”.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Célestin Bedzigui : « Ce qui s’est passé à Kondengui est une crise de l'administration de la justice au Cameroun »

    Célestin Bedzigui : « Ce qui s’est passé à Kondengui est une crise de l’administration de la justice au Cameroun »

    Sa Majesté Sokoudjou Jean Rameau : « De 1958 à aujourd'hui, on n'a pas vraiment faire un pas sur la construction d'une vraie nation »

    Sa Majesté Sokoudjou Jean Rameau : « De 1958 à aujourd’hui, on n’a pas vraiment faire un pas sur la construction d’une vraie nation »