in

Crise des dévises : Les propositions de l’Unipace pour une sortie de crise en zone Cemac

unipace

L’Union des patronats d’Afrique centrale (Unipace) se dit préoccupée par la pénurie des devises qui ralentit l’activité des entreprises de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac).

unipace
Le Bureau de l’Unipace (c) Droits réservés

L’assise, qui a rassemblé les membres dudit patronat venus de plusieurs pays d’Afrique centrale, s’est tenue au siège du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam) à Douala le 30 juillet.

Selon le journal Mutations, dans son numéro du mercredi 31 juillet 2019, il était question « d’évaluer l’évolution de la situation des devises et de l’état d’exécution des transferts dans nos pays respectifs après les derniers aménagements de la Beac ».

Les travaux qui se sont tenus à huis clos ont permis aux participants, réunis autour du président du Gicam, Célestin Tawamba, de proposer quelques solutions pour mettre fin à cette crise.

Parmi elles, apprend-on, une concertation urgente entre la Beac, les pétroliers et les miniers, dans le but de trouver des réponses aux problèmes spécifiques de ces secteurs d’activités avant le 1er septembre 2019, date de la mise en œuvre de la nouvelle réglementation en leur sein.

En outre, l’Unipace s’engage également à maintenir le contact avec les autorités monétaires, afin de porter à leur attention de manière régulière les problèmes auxquels est confronté le secteur privé de la sous-région.

Dans la déclaration finale des travaux, l’Unipace dit avoir aussi pris acte de l’initiative de Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), en vue de la création d’une monnaie commune en son sein.

{module Sur le sujet}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Cedric Penda

    Cedric Penda : « Paul Biya doit nous laisser une nouvelle constitution pour un Cameroun nouveau »

    terre arable chine

    Tribune : « La prédation de l’État en Afrique c’est aussi l’arnaque foncière et domaniale par la dynastie coloniale, l’élite politique et la Chine »