in

Crise à la commission nationale des droits de l’Homme

Les membres de cette organisation de la société civile sont divisés sur l’attitude à avoir dans le contexte politique actuel et notamment les marches prévues le 22 septembre prochain par les partis politiques sous la conduite du Mrc.

Dans un communiqué publié mardi dernier, James Mouangue Kobila parlant comme président par intérim de la commission, avait indiqué que la démarche était « fondamentalement anti démocratique et contraire à l’intérêt supérieur de l’état ainsi qu’à l’honneur du pays» en condamnant au passage un projet «insurrectionnel ». Mais cette position fait polémique au sein de la commission. Le Journaliste Christophe Bobiokono membre du bureau de la commission estime que la déclaration « est le fait de son seul signataire ». Il va plus loin en indiquant qu’il s’agit d’une initiative de défense des intérêts personnels de James Mouangue Kobila. Des divergences qui rappellent la brouille entre le défunt président de la CNH et son intérimaire actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Crise à la commission nationale des droits de l’Homme

    Le corps sans vie d’un homme retrouvé dans un caniveau à Douala