in

Chronique : Le vibrant hommage d’Haman Mana pour les 10 ans de la disparition de Puis Njawé

Le dimanche 12 juillet 2020, cela fait exactement 10 ans le fondateur du journal Le Messager a quitté ce monde suite à un accident de la circulation du côté des Etats-Unis. Pour la commémoration de l’an X de la disparition de Pius Njawé, les confrères de Le Messager ont fait l’honneur au DP de Le Jour d’être leur éditorialiste invité.


Puis Njawé forever – capture photo

Lebledparle.com vous l’éditorial spécial d’Haman Mana

Une ou deux choses que nous lui devons

Lors qu’aujourd’hui dans notre pays, un rédacteur-en-chef peut boucler son journal, le monter et l’amener directement chez son imprimeur, on semble oublier l’époque, pas si lointaine, où, après avoir terminé de relire la morasse d’un journal, il fallait la faire transiter par un passage obligé : la censure. Installée à la ” Direction des affaires politiques ” du ministère de l’Administration Territoriale, ce service décidait de ce que devaient lire ou ne pas lire les Camerounais. C’est après leur visa que l’on pouvait présenter pour tirage, un journal dans une imprimerie. L’homme à qui la presse camerounaise doit le combat pour la suppression de la censure est celui que l’on commémore en ce jour.

Pius Njawé a fait ce ce combat le sien. Dans toute la vague des revendications d’ouverture sociopolitique du début des années 90, la voix de Pius Njawe portait la demande forte sur la fin de la censure. Le chemin a été long : après la promulgation de la loi de 90 sur la Communication Sociale qui de fait levait la censure préalable, il aura fallu six longues années de combat, pour que son application soit effective…

Pius Njawé, en plus du baroud qu’il a assuré courageusement, au prix souvent d’une liberté qu’il a sacrifiée, intrépide, tant de fois, avait une autre conviction : celle de l’union qui fait la force. On ne l’a jamais assez dit, faute d’avoir pu mettre en place un rassemblement de journalistes au Cameroun,Il rusa en essayant de mettre sur pied la section camerounaise de ce qui était alors l’Union Internationale de la Presse Francophone ( Uijplf) devenue plustard, Upf. Ce sont des envoyés du ministère de l’information et de la Culture de l’époque, qui torpillèrent l’initiative. Il en garda un goût amer, et, loin des mesquineries camerounaises, il porta son souci de se mettre avec les autres, plus loin: Pius Njawe fait partie, et c’est à l’honneur du journalisme camerounais, de la soixantaine d’hommes de presse qui en 1991 ont rédigé ” la Déclaration de Windhoek” qui a consacré le 3 mai comme Journée Mondiale de la Liberté de la presse dans le monde entier.

Il aurait pu lancer la toute première radio privée du Cameroun. le pouvoir, échaudé sans doute par ” l’effet Messager”, ne lui en donna jamais la possibilité…

On a trop souvent tendance à l’oublier : Le Messager a été créé par un gamin : en 1979, Pius Njawé avait 22 ans! Et avec sa quarantaine d’années Le Messager fait figure de “doyenne” des journaux de la presse non étatique au Cameroun. Dix années après sa tragique disparition, pour ces portes qu’il a ouvertes et par lesquelles nous passons tous les jours, nous lui devons bien hommage.

Haman Mana

L’anniversaire du décès de Puis Njawé coïncide avec la célébration des 40 ans d’existence de ce quotidien privé. Les dirigeants actuels annoncent des festivités marquant ces deux évènements après la tempête de la Covid-19.

{module Sur le même sujet}

What do you think?

15 Points
Upvote Downvote

Written by Lebledparle.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Calcul 9 + 1 =

GIPHY App Key not set. Please check settings

Cameroun : Eneo répond aux préoccupations de sa clientèle et annonce une solution pour régler les problèmes surfacturation

Annulation de la CAN féminine 2020 : Le président de la FIFA Gianni Infantino désapprouve et prévient la CAF