in

Cameroun : Un policier jugé et condamné pour détention de drogue

Esir

Initialement accusé avec son compagnon de trafic, Serges Freddy Yack est finalement jugé pour détention de drogue puis écope de cinq mois de condamnation ferme, révèle le journal Kalara.

Esir
ESIR (c) Droits réservés

Selon le journal Kalara en kiosque ce 16 septembre 2019, Serges Freddy Biack, gardien de la paix principal en service aux équipes spéciales d’intervention rapide (Esir) écope de cinq mois d’emprisonnement ferme au terme de l’audience tenue au tribunal de grande instance du Mfoundi.

En effet, rapportent nos confrères, les faits remontent au « 19 août 2017, au lieudit Marché Melen à Yaoundé, un citoyen de passage à cet endroit, s’est rendu compte que deux fonctionnaires de police ; Serges Freddy Biack et Didier Armand Tsague, inspecteur de police, arborant des tenues de service, proposaient des stupéfiants aux passants », peut-on lire dans le journal de Christophe Bobiokono.

C’est ainsi que le citoyen saisit la Délégation générale à la Sureté nationale (DGSN) qui dépêche aussitôt un élément en civil sur les lieux et viendra attraper les accusés main dans le sac.

« La fouille du sac noir a permis de détecter des papiers de ciment bien découpés, une seringue et une paire de ciseaux, 30 filons de cannabis soigneusement emballés », décrit Kalara.

Après rédaction du procès-verbal par le policier en civil qui a perquisitionné ces effets compromettants, les coaccusés ont été « Convoqués quelques jours après à la Dgsn puis conduits à la délégation régionale de la police judicaire où ils seront gardés à vue », apprend-t-on.

 Le gardien de la paix est seul à être condamné parce qu’en plus de détenir le sac au contenu compromettant, le jour de l’interpellation, « Une perquisition aurait permis de découvrir uniquement chez lui (Biack Serges Freddy, Ndlr), 10 fions de cannabis, des comprimés de tramol et autres drogues gardées à divers endroits », précise le journal du monde juridico-judicaire.

Rappelons avec nos confrères qu’« il sera question pour les avocats de chercher le rétablissement du salaire des accusés qui a été suspendu  dès le déclenchent du litige ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    toni conceais

    Cameroun : Le nouveau sélectionneur des Lions indomptables fait des éloges à Paul Biya pour sa nomination

    Emmanue

    Cameroun : René Emmanuel Sadi dément les « allégations» de Médiapart contre le BIR