in

Cameroun : Un avocat avance les hypothèses de libération de Martinez Zogo

Zogo MM

Selon le journal Le Jour en kiosque ce matin, Martinez Zogo, animateur et chef de chaîne de la radio Amplitude FM a été déféré à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé ce 22 janvier 2020.

Zogo MM
Martinez Zogo (c) Droits réservés

 

Motif d’arrestation

C’est désormais à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé que Matinez Zogo va créer les « embouteillages ». Épinglé pour « cybercriminalité, atteinte à la vie privée et chantage », l’animateur de radio est en détention provision à la ‘’onzième région ‘’ à l’issue d’une plainte déposée par l’épouse de Samuel Mvondo Ayolo, directeur du cabinet civil à la présidence de la République.

Toutefois, il se révèle que l’homme de médias peut recouvrer sa liberté sous un certain nombre de conditions.

Les éclaircis de l’avocat

Selon les explications de Me Jules Anyuozoa, avocat au barreau du Cameroun : « On peut le libérer soit sous caution, soit sous garant, et sa procédure suit son cours normal. Donc en fait, il peut passer en audience libre. Le procureur peut également le placer sous mandat de dépôt, en l’envoyant en prison peut-être parce que les charges sont suffisantes pour le faire. Il peut également décider de le renvoyer à l’unité d’enquête préliminaire, c’est-à-dire à la gendarmerie pour complément d’enquête. Car dans la même procédure, le patron d’amplitude FM est également recherché. C’est même lui le principal mis en cause », peut-on lire dans le journal d’Haman Mana.

Pour rappel, depuis l’arrestation du présentateur du programme « Embouteillages » sur Amplitude FM, ses collègues n’ont de cesse de manifester un brin de compassion et de solidarité envers lui à travers leur forte mobilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Accident

    Cameroun : La route fait 937 morts en 2019

    Jobelll

    Joseph Antoine Bell : «Ce n’est ni le CHAN, ni la CAN qui m’inquiète, mais c’est l’après»