in

Cameroun : Seydou Badian, l’auteur de l’hymne national du Mali est lauréat du Grand Prix des Mécènes 2017

Seydou-Badian.JPG

Ecrivain, homme politique, proche du premier président malien Modibo Keïta, il succède à l’Ivoirien Bernard Dadié.

Seydou-Badian.JPG

Le Grand Prix des Mécènes 2017 lui sera officiellement décerné le 26 mars 2018 à l’Institut Français du Cameroun à Yaoundé (15 heures). Ce sera à l’occasion de la 5e édition de cérémonie des Grands prix des associations littéraires ( GPAL), projet qui vise, à promouvoir la production littéraire et à donner la chance aux associations littéraires, d’apporter leurs avis sur ces productions.

Seydou Badian Kouyaté est né en 1928 à Bamako au Mali. Il est l’auteur du classique “Sous l’orage”, en 1957. Il est aussi auteur de l’ouvrage “Les Dirigeants africains face à leurs peuples” en 1965 fait Grand prix littéraire d’Afrique noire. Deux autres romans sont publiés ensuite, ‘’Le Sang des masques’’ en 1976 et ‘’Noces sacrées’’ en 1977. Auteur de l’hymne national de son pays, intitulé “Pour l’Afrique et pour toi”, Seydou Badian Kouyaté a eu l’habitude de mettre en scène dans ses œuvres, le conflit entre les valeurs traditionnelles et la modernité, identifiée à l’esprit colonisateur, à l’instar de nombreux auteurs africains.

Prix honorifique, le Grand Prix des Mécènes, initié par le Club des Muses et soutenu par le GPAL est un concept qui se veut une récompense honorifique, mais qui pourrait s’accompagner d’une dotation en numéraire collectée auprès des mécènes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Jean Paul Akono, futur entraineur des lions indomptables

    Jean Paul Akono confirme être “parmi les premiers à déposer le dossier de candidature” pour les lions indomptables

    Paul Biya à ses ministres: « Je voudrais vous réitérer, très fermement, mes instructions sur la réduction du train de vie de l’Etat »

    Paul Biya à ses ministres: « Je voudrais vous réitérer, très fermement, mes instructions sur la réduction du train de vie de l’Etat »