in

Cameroun : La revue de presse du lundi 17 octobre 2022

Capture 6

Très chers abonnés, c’est un plaisir de vous retrouver en cette nouvelle semaine dans le cadre de votre revue quotidienne de la presse locale. Comme tous les matins, nous vous faisons ci-dessous, l’économie des informations parues en kiosque au Cameroun ce jour.

Commençons avec EcoMatin de ce matin qui annonce que la justice vient de débouter le groupe Bolloré en procès depuis 2016 avec le célèbre média français Mediapart et sa journaliste Fanny Pigeaud. D’après le journal, la pomme de discorde réside dans un article intitulé «Comment le groupe Bolloré a ruiné deux entrepreneurs camerounais», lequel raconte les misères de «deux petits patrons camerounais», qui sont restés dans l’attente inlassable pendant 23 ans, du respect d’un jugement rendu par la justice camerounaise en leur faveur, au point de tomber en ruine. Ledit article cité par notre confrère, avait poussé  Bolloré à saisir le tribunal de Nanterre, lequel a sévèrement condamné le média, le 8 janvier 2019. « Mediapart va ensuite faire appel de la décision rendue par le tribunal de Nanterre et va obtenir gain de cause à la Cour d’appel de Versailles le 10 février 2021. Mais, dans son obstination à réduire au silence le média iconoclaste, Bolloré va se pourvoir en cassation. La procédure a donc suivi son cours, et le 11 octobre dernier, la cour de cassation s’est prononcée une nouvelle fois au profit de Mediapart », apprend-on. Les détails à lire dans le journal d’Émile Fidieck en kiosque.

Le quotidien Émergence revient sur la révocation de certains fonctionnaires et agents de l’État par le ministère sectoriel. Dans une note d’information rendue publique le jeudi 13 octobre, peut-on lire dans le journal, le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Joseph Le, annonce « la révocation d’office de 56 fonctionnaires et le licenciement de 859 agents de l’État relevant du Code du travail ». Soit 915 personnes au total. Ces nouvelles sanctions portent à 1 408, le nombre d’agents publics rayés des effectifs de la Fonction publique en un peu plus d’un an. Vous aurez plus de détails en kiosque.

Cameroon Tribune nous fait revivre la première journée du championnat camerounais. En effet, la saison 2022-2023 de la MTN Elite One a été lancée samedi dernier au Stade de la Réunification de Douala. Dans le match qui opposait Astres FC à Union Sportive, le gratin sportif était bien présent, note le quotidien bilingue gouvernemental. Contrairement à la finale de la Coupe du Cameroun, c’est une foule moyenne qui a pris d’assaut la cuvette de Bépanda. Le récit de Cameroon Tribune est à lire.

Un sujet brulant paru dans les colonnes du bimensuel Réflexion. Dans son édition de ce jour, notre confrère informe qu’un directeur de publication de nationalité camerounaise a « décaissé 500 millions à Etoudi pour ternir l’image du très brillant et efficace ministre des Finances », Louis Paul Motazé. Suivant son récit, le journal de Serge Nna, le directeur de publication en cause « contribue à présenter au Camerounais le jeu trouble de certains responsables d’Etoudi au point où l’on se demande si c’est toujours la presse écrite ou alors nous sommes à la recherche honteuse du pain quotidien jusqu’à perdre le Nord », peut-on lire.

Pourquoi il faut soutenir le Directeur général de la Société immobilière du Cameroun (Sic) ? L’Avenir de Zéphirin Koloko tente de donner une explication à cette question dans sa publication de ce matin. Égrainant le chapelet des réformes entreprise par Ahmadou Sardaouna pour relever la Sic, notre confrère lance un appel à l’apaisement entre le Conseil d’Administration de la structure et la Direction générale.

L’affaire Covidgate refait surface dans la presse camerounaise ce matin. Souvenez-vous. Le 16 novembre 2021, un rapport de la Chambre des comptes de la Cour suprême camerounaise avait fuité dans les réseaux sociaux, révélant une mauvaise gestion des fonds alloués au Covid-19. Ces fonds sont estimés à 167 milliards de francs CFA. Les 171 pages du rapport complet révèlent des surfacturations, des conflits d’intérêts et de nombreuses entorses au règlement. Le quotidien Mutations dans sa publication de ce matin se demande si c’est finalement « une affaire classée », dans la mesure où les suites judiciaires de ce document restent toujours attendues, un an plus tard. Mais entretemps, fait savoir le journal, « de nouvelles révélations sont distillées, remettant au gout du jour, le dossier ». Ces révélations sont à découvrir dans les colonnes du quotidien Mutations, édition du lundi 17 octobre 2022.

Très chers abonnés, c’est ici que prend fin notre revue de presse ce matin. Merci d’avoir une fois de plus été des nôtres. A demain pour une nouvelle édition de la revue de presse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Desire Sikati Me

Me Sikati Désiré : « Vision 4 doit disparaitre après la chute de la dictature »

Djeukam Tchameni STV

Djeukam Tchameni : « Le boycott des législatives de mars 1992 n’était pas une erreur »