in

Cameroun : La revue de presse de ce vendredi 31 janvier 2020

Cameroun : La revue de presse de ce vendredi 31 janvier 2020

Bonjour chers internautes et bienvenue à votre revue de presse quotidienne. Les journaux en kiosque ce matin évoquent à profusion les échauffourées observées hier entre les forces de sécurité et les enseignants puis le décaissement d’une importante somme d’argent par l’Etat en guise de solde de la dette intérieure.

Cameroun : La revue de presse de ce vendredi 31 janvier 2020
Lebledparle.com (c) Droits réservés

Entrons de plain-pied avec les journaux Mutations,  Le Messager et Le Jour qui titrent en leurs grandes Unes le bras de fer observé hier entre la police et les enseignants après la levée de corps de Njomi Tchakounté Kévin Boris, professeur de mathématiques assassiné le 14 janvier 2020 par l’un de ses élèves au lycée de Nkol Bisson.

L’on peut lire en page 5 du journal de Georges Alain Boyomo que « Des centaines d’enseignants ont manifesté leur indignation hier à Yaoundé malgré le harcèlement des forces de l’ordre ».  Le quotidien de feu Pius Njawé développe en sa page 4 la même actualité en déplorant que « la mise en bière du jeune enseignant froidement assassiné par son élève au lycée de Nkol Bisson, s’est transformée hier, en véritable chasse aux ‘’ seigneur de la craie’’ ». « Endeuillés, brutalisés, séquestrés», épice le journal d’Haman Mana.

Dans la même veine, Le Messager révèle que  «  Pro Kamto et pro Biya s’affrontent » en France où séjourne le président du MRC depuis quelque temps. Et parlant du parti politique justement, le journal ajoute que « Mouthe Ambassa fait le procès du MRC », information à lire en page 11.

De la tragédie dans les colonnes de L’Œil du Sahel qui relate une nouvelle incursion de Boko Haram  ayant arraché la vie à « 9 personnes » .

Passons du coq-à-l’âne pour parler des journaux qui ont plutôt insisté sur l’économie, notamment le budget de l’Etat : « l’Etat décaisse 100 milliards de FCFA pour éponger une partie de sa dette », tel est le titre qui barre la grande Une de l’Economie, similaire à L’Œil du Sahel, Le Jour, Repères et Essingan qui ont aussi traité de cette information.

Le quotidien national bilingue Cameroon Tribune fait la part belle à l’inauguration de l’Hôtel Bengo à Ebolowa. Le journal de Marie Claire Nnana indique que « Le Premier ministre chef du gouvernement a officiellement ouvert hier, au nom du président de la République, cet établissement hôtelier, d’une centaine de chambres et qui a couté 15 milliards de F », annonce-t-il en pages 2-5. Une information renchérie par Réalité Plus, Le Soir qui en font également échos.

Autre fait marquant de l’actualité c’est la campagne électorale des législatives et municipales du 9 février prochain qui bat son plein sur le triangle national depuis le 25 janvier dernier. Pour Cameroon Business Today, « 452 candidats titulaires aux législatives et 201 12 en lice pour les municipales constituent un marché pour le secteur des services (hôtels, restaurants, sérigraphie… ».

Toutefois, le journal de Guibai Gatama note en ses pages 6 et 7 une « Bataille entre le RDPC, le FSNC et l’UNDP dans le Nord ».

Achevons cette revue de presse du dernier jour du mois de janvier 2020 avec le journal Esssingan qui rend hommage à Maurice Ebanga en page 11 et annonce en grande Une l’« interview de vérité » avec Mgr Sosthène Bayémi Matjei, évêque d’Obala dans le département de la Lékié, région  du Centre.

Ainsi se porte sommairement le pays ce 31 janvier 2020 à travers les journaux parus en kiosque. Lebledparle. Com vous invite à y faire un tour et poser le geste qui sauve pour faire vivre la presse.

Bonne lecture !

{module Revue de presse sponsor}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    A la découverte  de l’artiste auteur-compositeur Rene Poualeu

    A la découverte  de l’artiste auteur-compositeur Rene Poualeu

    Maurice Kamto : « Nous courons le risque futur de ne même pas avoir de candidat à l’élection présidentielle »

    Maurice Kamto : « Nous courons le risque futur de ne même pas avoir de candidat à l’élection présidentielle »