in

Cameroun : Christian Penda Ekoka réagit à la sortie de Djeukam Tchameni sur Maurice Kamto

Penda Ekoka Equinoxe Tv

La réaction du président du mouvement AGIR/ACT a été faite sur les réseaux sociaux le mardi 1er décembre 2020.


Penda Ekoka Equinoxe Tv
Christian Penda Ekoka – capture vidéo

Dans une sortie sur Facebook le lundi 30 novembre 2020, l’homme politique Djeukam Tchameni classe Maurice Kamto dans la catégorie des hommes politiques qui ont diné avec le régime gouvernant comme les Jean De Dieu Momo.

« A ceux qui me reprochent d’être dubitatif face à des anciens rdpcistes qui veulent prendre la tête de l’opposition, je réponds comme suit: Quel problème avez-vous avec Momo Jean de Dieu?  Laissez le bouffer à son tour. Après 8 ans à la mangeoire, vous lui donnerez aussi l’opportunité d’etre “le seul vrai opposant”. Pourquoi vous attaquez alors  Cabral en l’accusant sans preuves d’être un pion du regime ? Laissez le aller faire son pèlerinage au sein du gouvernement puisque c’est le chemin obligé pour devenir “l’opposant le plus déterminé”. Soyez cohérents avec vous-mêmes. Ne faites pas de “un poids deux mesures”», a écrit l’homme politique.

La réponse de Christian Penda Ekoka

L’allié de Maurice Kamto n’est pas resté pas indifférent à cette déclaration et réagit dans le sens de construire et de conjuguer les efforts pour venir à bout du régime de Yaoundé au lieu de se quereller. « Les réseaux sociaux font état d’une mise au point de  Djeukam Tchameni relative à ses vues exprimées à Maurice Kamto sur l’organisation des marches du 22 septembre dernier. A notre avis, quelles que soient les divergences tactiques ou stratégiques, les forces de progrès devraient avoir un consensus minimal de solidarité pour la défense des droits humains fondamentaux, si tant est qu’elles œuvrent ensemble pour l’avenir dans notre pays d’une véritable démocratie, d’un État de droit et  d’une société de libertés. Face à ce régime tiré par la corruption, l’atteinte de cet objectif exigera ce consensus minimal, au-delà des positionnements opportunistes qui ont dans le passé fragilisé l’union pour le changement, et ont permis au régime Biya de perdurer, à l’aide d’institutions politiques et économiques prédatrices des ressources, qui consomment sans créer la richesse. Et sur ce plan, aucun argument ne saurait prévaloir pour justifier la séquestration arbitraire de Kamto et sa famille depuis plus de deux mois, ni les arrestations et détentions arbitraires de Fogue, Bibu Nissack, Zamboue et les autres, ni les menaces d’arrestation sur Dzongang. Mention non faite de la brutalité et de la barbarie de ces actes. Non et non à un État totalitaire ! », écrit Christian Penda Ekoka.

La colère du Dr Boutché

Le cadre du MRC dans l’Extrême-Nord est remonté contre Djeukam Tchameni et estime qu’il ne faut pas comparer Maurice Kamto et Jean De Dieu Momo. « À Monsieur Djeukam Tchameni, L’équilibriste sans équilibre. Facit: Comparaison n’est pas raison. Il faut être malhonnête pour comparer l’entrée de Kamto au gouvernement avec celle de Momo. C’est à la limite insultant. Kamto est entré dignement (sur fond d’un service rendu à la nation). Et il en est sorti dignement. Je vous en fais l’économie. Comparer cette expérience patriotique noble à la démarche du Gfaim (G20 ?), c’est de la mauvaise foi cousue avec du fil rouge. Chacun participe à l’écriture de l’histoire du Cameroun à sa façon. Les archivistes archivent », écrit le Dr Boutché sur Facebook le mardi 1er décembre 2020.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

montage choupo

Ligue des Champions : Choupo-Moting, André Onana et Joël Matip sont titulaires ce soir !

real perd

Le Real Madrid perd encore des points, le RB Salzburg de Onguéné se rassure