in

Cameroun : Boko Haram pille six villages dans l’Extrême-Nord et emporte tout sur son passage

Cameroun : Boko Haram pille six villages dans l’Extrême-Nord et emporte tout sur son passage

Dans la nuit du 30 au 31 octobre 2019, localités de Kivou, Bia, Gansé, Blabline, Djambelé ont été simultanément, et systématiquement pillées par les combattants de la secte terroriste Boko Haram, a appris lebledparle.com du trihebdomadaire L’œil du Sahel.

Cameroun : Boko Haram pille six villages dans l’Extrême-Nord et emporte tout sur son passage
Image d’un village pillé par Boko Haram (c) Droits réservés

Selon le récit contenu dans les colonnes du journal, de dizaines de ruminants et d’importants stocks de denrées alimentaires ont été emportés par les criminels.

« Il était 23 heures et 47 minutes quand des crépitements des armes à feu se sont fait entendre à Kivou, une bourgade située à moins de deux kilomètres de Kourgui centre. Nous étions en pleine patrouilles dans la zone n° 2, c’est-à-dire sur le grand axe qui conduit à Banki à cette heure-là. Ils ont emporté 20 moutons, 01 bicyclette et défoncé une boutique qu’ils ont littéralement vidée de son contenu. Nous nous sommes mobilisés instantanément et sommes allés à leurs trousses. Nous les avons suivis jusqu’à la sortie de Djambélé sur l’axe qui mène à Goubouldi. C’est là que nous avons perdu leurs traces et avons rebroussé chemin » témoigne Boukar, membre du comité de vigilance de Kourgui, dans les colonnes du journal de Guibai Gatama.

Lebledparle.com apprend également de la même source que plusieurs autres localités ont été assiégées et ravagées quasiment dans le même intervalle de temps. « C’est aux environs de minuit qu’ils nous ont surpris. Ils sont entrés dans presque toutes les maisons. Ils ne se sont pas intéressés aux hommes. Ils nous ont fait sortir et passer nos chambres et greniers au peigne fin. Ils ont ramassé tout ce qui nous restait. Ils ont emporté nos couches, nos habits et vidé nos greniers. Le village ne comptait plus un seul mouton ou chèvre. Ils les avaient ravis lors des précédentes attaques. Eux-mêmes ont constaté que nous n’avons plus rien. Ils n’ont pas touché à nos vies bien qu’ils nous aient surpris dans nos domiciles », relate dans L’œil du Sahel, Oumâté, habitant du village Blabline.

Les éléments des forces armées en service à Amchidé, Kourgui, Limani et Kolofata ont bouclé la zone pour les traquer malheureusement pour eux ces derniers ont réussi à s’échapper. Ils ont replié par Zuru, une localité fantôme abandonnée depuis plusieurs années. « Les militaires et nous, membres du comité de vigilance des différentes localités attaquées et leurs environs, avions pris position dans toutes les pistes qu’ils empruntent, généralement pour nous attaquer. Nous y sommes restés jusqu’au petit matin sans que nous n’ayons mis la main sur eux. C’est au lever du jour que nous avons découvert leurs traces au niveau de Zuru », raconte Modou Goni, membre du comité de vigilance d’Amchidé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Célestin Djamen répond à Paul Eric Kingué : « Je ne suis pas un taliban »

    Célestin Djamen répond à Paul Eric Kingué : « Je ne suis pas un taliban »

    Cameroun : Le visage de Gouachié après la mort de 43 personnes

    Cameroun : Le visage de Gouachié après la mort de 43 personnes