in

Calvin Tiam, le Camerounais qui fabrique des toitures à base des déchets en plastique au Burkina-Faso

Calvin Tiam

Ingénieur camerounais en génie des procédés industriels et énergies renouvelables, Calvin Tiam est en passe de créer une révolution au Burkina-Faso, pays dans lequel il a lancé il y a quelques années sa start-up Teco2.


Calvin Tiam
Calvin Tiam – DR

Au sein de sa structure Teco2 encore appelé « Toiture écologique et économique » , l’ingénieur camerounais a mis au point des prototypes de tôles faites à base de déchets en plastique recyclés.

«Fabriqué localement, ce matériau valorise considérablement les déchets plastiques en polyéthylène. Un mètre carré de revêtement Teco2 représente environ 10 kg de plastique valorisé, soit une réduction de 9 kg équivalent CO2 de gaz à effet de serre dans la nature», explique le jeune ingénieur.

En plus de contribuer à la protection de l’environnement, les tôles vertes mises au point par Teco2, apprend-on, assurent un meilleur confort thermique aux maisons, en y créant beaucoup moins de chaleur que les tôles en aluminium.

Passée la phase des prototypes, Teco2, qui vient de faire tester avec succès sa trouvaille par plusieurs laboratoires, ambitionne désormais de lancer la production de ses tôles vertes à grande échelle. Pour cela, confie Calvin Tiam, la start-up «recherche actuellement des appuis financiers et des partenaires pour démarrer une première série de production et réaliser une étude complète sur les performances du matériau via la construction d’un habitat pilote.»

Grâce à ses tôles à la fois économique, écologique et isothermique, cette start-up ambitionne, sur le court terme, de recycler 500 tonnes de déchets en plastique par an, avec pour objectif de fournir un toit adapté à environ 1300 ménages burkinabé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Ali BONGO

    Ali Bongo : «Je tiens à féliciter le Cameroun désormais qualifié pour les quarts de finale de la CAN 2017»

    Tumi.jpg

    Christian Tumi : «Il n’y a personne qui aime ce pays plus que d’autres, parmi les Camerounais»