in

Benjamin Zebaze menace Bomo Ntimbane : « N’essaye plus jamais d’utiliser mon nom pour attirer les hommes au pouvoir »

Bomo Zebaze

Les récentes sorties de l’avocat et militant de la société civile plaisent très peu à ses partisans d’hier. Après avoir plusieurs fois critiqué le MRC et Maurice Kamto au sujet du rapport d’audit de l’initiative Survie Cameroon, Christian Bomo Ntimbane a par ailleurs tenté de montrer le bien fondé d’une candidature de Franck Biya à la tête du Cameroun. Une opinion qui a provoqué l’ire du Directeur de publication de Tribune de l’Ouest Benjamin Zebaze, lequel lui a adressé une réplique amère une publication Facebook ce 04 mai 2021.


Bomo Zebaze
Christian Bomo Ntimbane, Benjamin Zebaze (c) Collage photo

Ma réponse a maitre Ntimbane : le sans domicile politique fixe

Tu parles d’un pays que tu ne connais pas.

Peux-tu me placer Banki sur une carte ? Pitoa ?

Tu es allé au grand-nord combien de fois ?

Pendant combien de temps ?

Que sais-tu des populations du Grand-Nord ?

Je m’étonne du fait qu’un soi-disant intellectuel avec une légèreté aussi blâmable, vienne nous expliquer que la candidature de Franck Biya est sérieuse.

Peut-être que son improbable succès pourrait te permettre de te stabiliser un peu politiquement ; ne prends cependant pas ton envie folle de côtoyer de près le pouvoir pour une réalité.

Tu aurais pu critiquer mon texte sans chercher à te moquer des gens qui l’ont lu abondamment montrant une espèce de jalousie qui habite des gens sans aucune consistance.

N’essaye pas de me provoquer car tu ignores peut-être que je te connais assez bien depuis qu’aux côtés de mon ami Ngalle Miano, tu essayais de te faire une place en te déplaçant avec des chaussures aux semelles incertaines.

N’essaye plus jamais d’utiliser mon nom pour attirer les hommes au pouvoir à  Yaoundé.

Un nomade politique ; une véritable girouette qui avance au gré du vent; un être qui n’a aucune conviction autre que celle le poussant vers un endroit où il y a un peu de la lumière  n’a aucune leçon à me donner.

Je te préviens pour la première et dernière fois : je ne suis pas Kamto qui a un comportement « sexy » face à de véritables faux jetons comme toi.

Je piaffe d’impatience de raconter tout ce que je sais de toi : je vais te déshabiller comme une racine séculaire si tu utilises encore mon nom pour donner un signal à Yaoundé.

Parce que je sais qu’au fond, tu ne me détestes pas : mais tu as tellement raté tous les wagons menant au pouvoir que tu vendrais père, mère et grand-mère pour y arriver ; même si on te proposait un achat à  crédit.

Continue avec Kamto et laisse-moi tranquille : je suis une brute qui ne se contrôle plus face à des imposteurs de ton espèce.

Tes lecteurs aimeraient savoir pourquoi malgré ton séjour au Rdpc, tu as fui le Cameroun : quelques détails sur ton itinéraire initiatique seraient assez croustillants pour nos lecteurs.

Je n’aime pas tirer sur une ambulance car tu en es une : avec ton bilan, un homme n’ayant pas ton esprit perturbé se cacherait ou sortirait en permanence masqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 mars 2020

Patrice Siméon Mvomo taxe certains médias de « presse du ventre et du bas-ventre »

riyad

Ligue des Champions : City atomise le PSG et file en finale, Mahrez double buteur !