in

Barack Obama réagit à la mort de l’Afro-américain George Floyd

Barack Obama réagit à la mort de l’Afro-américain George Floyd

Plus d’une semaine après la mort George Floyd entre les mains d’un policier blanc aux Etats-Unis d’Amérique, des réactions des personnalistes n’ont de cesse d’affluer.

Barack Obama réagit à la mort de l’Afro-américain George Floyd
Barack Obama (c) Droits réservés

George Floyd a trouvé la mort lors d’une interpellation musclée par la police de Minneapolis. Le présumé meurtrier a été identifié au nom de Derek Chauvi ; policier accusé « d’homicide involontaire ». Depuis lors, manifestations s’accentuent dans les rues pour protester contre le racisme et appeler à la justice.

Barack Obama appelle au changement de mentalités

Pour le prédécesseur de Donald Trump, les autorités décentralisées doivent prendre leurs responsabilités en main : « Nous avons besoin de maires, de responsables et d’autres personnes en position de pouvoir pour dire : c’est une priorité », a déclaré Barack Obama.

L’ancien président américain a demandé aux manifestants de croire au changement en dépit de la colère qui les envahit : « J’espère que vous vous sentez également plein d’espoir, même si vous êtes en colère, parce que vous avez le pouvoir d’améliorer les choses et que vous avez contribué à faire sentir à tout le pays que c’est quelque chose qui doit changer », a relayé LCI, les propos du démocrate.

Rappelons que les manifestations ne s’arrêtent pas dans les rues malgré la prise de parole coriace sur un ton menaçant de Donald Trump le 1er juin 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Cameroun : Le gouverneur du Centre interdit les veillées funèbres et rites mortuaires

    Cameroun : Le gouverneur du Centre interdit les veillées funèbres et rites mortuaires

    Cameroun : Denis Nkwebo donne la raison pour laquelle le SNJC ignore l’affaire Paul Chouta

    Cameroun : Denis Nkwebo donne la raison pour laquelle le SNJC ignore l’affaire Paul Chouta