in

6 Présidents Africains qui n’ont jamais fait leurs études en Occident

Paul KAGAME

Il ne faut pas forcément avoir fait des études en Europe, en Amérique pour espérer accéder aux plus grandes fonctions en Afrique. Pour preuve ils sont quelques uns à n’avoir jamais côtoyé les bancs de l’Europe de l’Amérique ou encore de l’Asie mais qui président leur pays. Lebledparle.com vous présente quelques présidents Africains qui n’ont jamais eu l’occasion de faire leurs études au pays des « Blancs ».


Paul KAGAME
Paul KAGAME, le président du Rwanda

Paul Kagamé – Rwanda

Kagame a commencé ses études primaires dans une école près du camp de réfugiés en Ouganda, où lui et d’autres rwandais ont appris l’anglais et commencé à s’intégrer dans la culture ougandaise.  À 9 ans, il a déménagé à l’école primaire Rwengor, à côté de Kampala, obtenant les meilleures notes.  Il a ensuite intégré l’École Ntare, une des meilleures écoles en Ouganda. A la mort de son père au début des années 1970, il quitte Rwengor et rentre dans le FPR.  Il a finalement été suspendu de Ntare et a terminé ses études sans distinction dans une autre école secondaire à Kampala. Il n’a jamais repris ses études.

Yahya Jammeh – Gambie

Qui ne connait pas ce dirigeant africain ? Reconnu pour ses déclarations chocs , il a reçu sa première éducation à l’école primaire Kanilai, l’école primaire de Saint Edwards dans Bwiam. En 1983, il a passé le General Certificate of Education (GCE 0 ‘Niveau) avec des crédits en géographie, anglais, français, biologie et physique. Jammeh a rejoint l’armée gambienne en 1984 et fut nommé lieutenant en 1989. En 1992 est devenu le commandant de laPolice de Gambie.

Ismaïl Omar Guelleh – Djbouti

Président du Djibouti depuis 1999, son plus haut niveau de formation académique formelle est le secondaire. Ismaïl Omar Guelleh est né à Dire Dawa, en Ethiopie durant le règne de Mamassan, il a fréquenté, jeune, une école islamique traditionnelle. Pour migrer, à la fin des années 1960, vers Djibouti où il termine l’école secondaire, avant de rejoindre la police, devenant un officier subalterne.

Omar El Béchir – Soudan

Le sulfureux homme d’Etat Soudanien a étudié à l’Académie militaire égyptienne au Caire, puis à l’Académie militaire du Soudan à Khartoum, d’où il sort diplômé en 1966. Pour rejoindre l’armée soudanaise et servir jusqu’à son avènement à la présidence du Soudan. Né le 1ᵉʳ janvier 1944 à Hosh Bonnaga , il est président du Soudan depuis 1989

Militaire, il a reçu une formation approfondie au Sénégal voisin et à l’école de l’armée américaine

Jacob Zuma – Afrique du Sud

Orphelin de père depuis son enface Jacob Zuma a été tenu à l’écart des bancs de l’école par ce qu’il devait faire de petits boulots pour survivre l’enfance, a cumulé les petits boulots à l’instar de coursier… Ce qui le tiendra à l’écart des bancs de l’école. Il va s’instruire en prison aux cotés de Nelson Mandela.« Je n’avais pas de père et les circonstances ne m’ont pas permis d’aller à l’école, j’ai décidé de me construire moi-même. Je lisais les livres des autres et posais beaucoup de questions », racontera-t-il plus tard.

Mohamed Ould Abdel Aziz – Mauritanie

Né en 1956, Abdel Aziz a fréquenté le collège à l’Académie militaire royale du Maroc, à Meknès en 1977. Ce qui l’a amené à poursuivre une carrière dans l’armée mauritanienne. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Maquette stade de football au Quatar

    Qatar 2022 : Plus de 1000 morts dans le cadre de la préparation de la Coupe du Monde

    Une jeune fille pour une séance de photos

    Enquête : Les Camerounais et les Ivoiriens aiment le porno, les jeux de hasard et le téléchargement illégal